Et les parents dans tout ça ?

C’est souvent quand l’enfant intègre l’école que les soucis commencent ! L’enfant est soit en retrait soit il n’écoute pas les consignes. Il peut être aussi, violent, ne pas supporter les cris des autres enfants, bref les raisons sont multiples et variées.

Les parents sont alors convoqués.

On leur apprend que leur enfant doit avoir un problème de comportement et qu’il serait utile de rencontrer un psychologue.

Puis, le professionnel fait passer des tests à l’enfant et découvre un QI supérieur à la norme ou un dysynchronisme entre les 4 substests qui peut expliquer ce comportement.

Alors, on annonce aux parents que leur enfant est « surdoué » (avec un QI > 130) ou hautement « surdoué » (avec un QI > 145). Au début, les parents sont souvent surpris par cette nouvelle, puis ils éprouvent un mélange de fierté et de peur, sans oublier tous les questionnements qui leur viennent.

Il arrive donc, fréquemment, que les parents repartent avec ce « fardeau » ne sachant qu’en faire, ni comment en parler ni à qui.

Ils se mettent, ensuite, en quête de trouver des informations, de chercher des livres de spécialistes qui peuvent  leur permettre de comprendre et d’aider leur enfant, mais rapidement, ils se trouvent, à nouveau, confrontés à de nouvelles interrogations.

C’est, en ce sens que l’AEP81 a vu le jour à  Albi (81000 – Tarn). En effet, en tant que Présidente de l’association et surtout en tant que parent de deux enfants à haut potentiel, leur papa et moi-même avons vécu des moments difficiles, surtout avec notre aînée qui était en souffrance depuis sa scolarisation, face à une société normative où elle ne trouvait pas sa place. Et pourtant, en la prenant simplement en compte dans son fonctionnement cognitif particulier, elle étincelle de par sa curiosité et ses connaissances. Nous avons fait le choix de la scolariser au CNED durant 3 ans.

Avant de créer l’association, quelques années se sont écoulées où nous avons cherché à connaître des parents vivant avec leurs enfants des difficultés semblables, à trouver une structure qui pourrait aider notre fille à s’épanouir et  il n’y en avait pas près de chez nous.

Sachant que nous ne sommes pas les seuls à traverser ces problèmes, nous avons décidé de créer une association et nous nous sommes rapprochés d’une structure qui fonctionne et qui a fait ses preuves à Paris, il s’agit de : l’AEP France.

Il était important, en effet, de se joindre à des associations pour enfants intellectuellement précoces et de trouver celle qui correspond le mieux à nos attentes.

Personnellement et en tant que Présidente, je déplore certains clivages associatifs qui tendent à multiplier les structures, ce qui me semble éloigné de la cause commune, à savoir : favoriser, dans un lieu éducatif adapté, l’accueil des enfants à haut potentiel et leur permettre de s’épanouir et d’évoluer.

L’AEP81 se veut proche des familles. A cet effet,  elle propose des tables rondes et des conférences-débat mensuelles ; des ateliers pour les enfants (2 groupes)hebdomadaire et  un club adulte (mensuel).

L’AEP81 se veut être une association référente afin que les familles concernées ne se sentent plus seules dans leurs questionnements et les difficultés qu’elles rencontrent.

C’est tous ensemble par le partage et la discussion que nous arriverons à mieux comprendre nos enfants, à les aider à grandir à s’intégrer et à s’adapter dans leur environnement.

Etre parents d’enfant(s) à haut potentiel est épuisant physiquement et émotionnellement, contraignant et coûteux.

Notre société n’accepte pas facilement les différences et surtout celle du potentiel intellectuel, pourtant ces différences enrichissent notre environnement.

Les enfants ayant des capacités sportives, artistiques sont plus aisément reconnus et dirigés vers des établissements spécialisés pour aider à leur émergence. Pourquoi alors inhiber les potentiels intellectuels dès leur plus jeune âge ?

L’AEP81 s’investit pour faire connaitre à un large public l’originalité et la problématique de la précocité.
L’AEP81 souhaite atténuer les tabous de la précocité et, par sa démarche innovante et ouverte à tous,  à associer non seulement les parents mais toutes personnes intéressées.
Nos enfants d’aujourd’hui sont nos adultes de demain. Sachons répondre à leurs besoins. Ensemble nous y  parviendrons.