Le mot de la présidente

Les mots « précoce », « surdoué » évoquent en nous une série d’images préconçues ou d’idées fausses. Enfermés dans une croyance erronée, il nous est alors difficile, voire impossible, de comprendre les besoins réels des enfants dits « précoces ».
Lorsque le test de WISC a déterminé la précocité intellectuelle de l’enfant, il est très difficile, pour les parents, d’en faire état aux enseignants, sachant que leur enfant va être considéré avec suspicion, et non avec l’attention bienveillante qu’on pourrait espérer au vu de ses difficultés scolaires. De plus, le fait d’en parler suscite souvent des sarcasmes : cela est perçu comme un fantasme des parents, que cela flatte leur égo.

Si certains enfants à haut potentiel intellectuel donnent le change en suivant une scolarité normale, voire exemplaire, leur mal être se manifeste d’une manière imperceptible pour leurs parents ou leurs enseignants : changements d’humeur, boulimie, anorexie…

Malheureusement, la plupart sont en souffrance : difficulté d’intégration dans le système classique, détresse psychologique fortement ressentie par le fait même de grandir dans la non reconnaissance de leur manière de penser et d’agir. A cela, s’ajoutent les difficultés rencontrées en milieu scolaire, leur non-adaptation aux enseignements usuels donnés et le rejet de leurs camarades de classe.

Ces enfants et leur famille souffrent.
Les enfants peuvent devenir violents ou dépressifs. Ils fréquentent souvent plusieurs établissements scolaires : rejetés du public, ils testent le privé ou tentent des cours du CNED ; plus tard, ils sont envoyés à l’étranger, si les moyens financiers le permettent.

Les parents sont prêts à tout lorsque leur enfant va mal, lorsqu’il s’ennuie, qu’il déprime ou qu’il se soit fait exclure de son école.

Une compréhension de leur fonctionnement cognitif et un enseignement adapté  pourrait mettre un terme à toutes ces souffrances et permettre à ces enfants de s’épanouir dans leurs apprentissages.
Créée le 31 juillet 2010 à Albi, l’AEP81 a pour mission de soutenir les enfants à haut potentiel intellectuel et leurs familles et d’informer un plus large public des angoisses, errances et souffrances éprouvées.

Dans les Activités de l’AEP81 vous découvrirez ce que nous proposons.

L’AEP81 n’appartient à aucun courant politique, idéologique ou religieux.

L’AEP81 n’est pas une association élitiste, pour nous ces enfants à haut potentiel intellectuel ne font pas partie d’une élite, ils disposent d’un système de pensée et une structure de raisonnement différents, d’où leur difficulté d’adaptation scolaire. Les neuro-sciences mettent en avant la personnalité singulière de l’enfant « HQI » son fonctionnement cognitif, son comportement psycho-affectif diffèrent de la norme. Ils ont une excellente mémoire à court et à long terme et une pensée en arborescence. Ce sont des enfants fragilisés par une hypersensibilité et une affectivité débordante qui marquent leur personnalité ; leur créativité et leur intuition sont parfois étonnantes.

Face à la souffrance et au mal être de ces enfants, les familles s’interrogent. Faire le choix de sortir du système classique est souvent une décision dure à prendre pour les parents.

La douance ne doit pas devenir un handicap, il faut savoir utiliser le potentiel de chaque enfant pour lui permettre de trouver sa place au sein d’un groupe.

Des chances de réussite sont données aux enfants en difficulté grâce à un enseignement adapté.

Alors pourquoi ne pas permettre aux enfants doués de ne pas échouer ?

L’enfant intellectuellement précoce est avant tout un enfant,
mais un enfant qui a cependant des besoins particuliers dont il faut tenir compte.

Lucrèce TRESSOL